C 26

Christine Renardy

Le Livre des morts du Neufmoustier à Huy 1130-1787, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 2017, 270 p. (ISBN 978-2-87044-015-5) (Collection grand in-8°, C26).

The author
Christine Renardy (born 6th February 1948) received her bachelor’s degree in History from the University of Liège. She worked for three years on behalf of the Royal Historical Commission drafting the "New Potthast" (a critical guide of narrative sources relating to the Middle Ages) before taking up the post of assistant to professors Fernand Vercauteren and André Joris at the seminar of History of the Middle Ages at the University of Liège in 1972. In October 1977 she defended a doctoral thesis on "The world of university masters in the diocese of Liège up to 1350", later published in two volumes in 1979 and 1981. In April 1978 she was appointed as archivist of the City of Liège, a department that she led until 2007 when the municipal authorities entrusted her with the management of all collections relating to cultural heritage. Finally, in 2009 she was assigned to the general coordination of the Culture and Tourism Department, a post that she held until her retirement.

Summary
In the early years of the 12th century a mixed community spontaneously established itself in an outlying area of Huy, probably in memory of a priest called ‘Peter the Hermit’. On the 21st September 1130 the Bishop of Liège, Alexander I, consecrated the church of Neufmoustier, which had recently been built. It has been proved that from that time on the priests followed the doctrine of Saint Augustine. Fortunately the liber capitulimanuscript of this regular chapter has been preserved, but it is damaged. It was conceived around 1130 and was completed through the centuries – concerning obituaries it continues up to 1787. This death register contains significant information that not only enriches our knowledge of the urban, economic and social history in the late Middle Ages, but also of the attitudes, worship and liturgy, without forgetting the goldsmith’s trade in the Meuse valley. Text referring to non-clergy (only eight people) becomes rare and sporadic from the end of the 15th century, as the register was in fact reserved for dignitaries and a few members of the chapter of Huy. This edition of "Livre des morts du Neufmoustier" is mainly based on the original manuscript which is preserved at the Grand Curtius Museum ; the gaps caused by the loss of some pages was largely compensated for by copies made by a chapter clerk at the end of the 17th century kept in the State Archives of Liège (fonds du Neufmoustier).

Patricia Van den Eeckhout & Guy Vanthemsche, eds.

Sources pour l’étude de la Belgique contemporaine, 19e-21e siècle, Bruxelles, Commission royale d'Histoire, 2017, 2 vol., 1844 p. (ISBN: 978-2-87044-014-8; prix: 64 €).

Notre société produit un flux incessant de documents, d’images et d’autres sources. Il n’est pas facile de maîtriser cette masse croissante d’informations. Ce livre se présente comme un « guide de voyage » dans ce dédale : il offre un aperçu systématique ainsi qu’une analyse critique des sources qui ont été produites en Belgique depuis le début du 19e siècle jusqu’à nos jours, tant par les institutions publiques que par les organisations privées. Il abord à la fois les sources d’archives et les documents imprimés et digitaux. De nombreux individus ont également produit des sources importantes ; cette production trouve également sa place dans le présent ouvrage, tout comme les sources non écrites (photographies, films, témoignages oraux, bâtiments, objets, cartes et plans).
Cet ouvrage inclut les sources les plus récentes. Il est donc un instrument de recherche indispensable, non seulement pour les historiens, les étudiants en histoire et les archivistes, mais également pour les journalistes, les documentalistes, les bibliothécaires et les chercheurs en sciences de la communication, en sociologie, en sciences politiques, en économie et en droit. 
Plus de 60 spécialistes, attachés à diverses universités et institutions de recherche et d’archives du pays ont apporté leur concours à l’élaboration de ce livre. Un index détaillé des noms de personnes, d’auteurs et de matières, établi par Stijn Meersseman, facilite l’utilisation de cet instrument de recherche.

Les éditeurs:

Patricia Van den Eeckhout enseigne l'histoire et la rhétorique politique à la Vrije Universiteit Brussel. Elle a publié sur l'historiographie de l'histoire sociale et sur l'histoire du logement social, des revenus ouvriers, de la consommation, de la publicité, du temps libre, des statistiques sociales, des contremaîtres, du commerce de détail (notamment Delhaize), du travail et des relations du travail, notamment dans l'horeca (voir entre autres "Waiters, Waitresses, and their Tips in Western Europe before World War I", in International Review of Social History, 2015, p. 349-378)

Guy Vanthemsche est professeur d’histoire contemporaine à la Vrije Universiteit Brussel. Il est un spécialiste de l’histoire sociale, économique et politique de la Belgique contemporaine. Il a consacré plusieurs ouvrages à ce sujet, notamment La Sabena et l’aviation commerciale belge 1923-2001, Bruxelles, De Boeck, 2001 et Belgium and the Congo 1880-1980, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

Bulletin de la Commision royale d'Histoire, 2016 (182), 419 p.

Alain Lottin

"L'Héraclée flamen et catholicque" par Frère Jean De Le Barre, religieux du monastère de la bienheureuse Vierge Marie à Loos-Lez-Lille. Tome 1: La guerre entre la France et l'Espagne et en Europe (1636-1649), Bruxelles, Commision royale d'Histoire, 2017, 371 p. (ISBN: 978-2-87044-012-4)

Summary - L’Héraclée flamen (L’Hercule flamand): ce titre ésotérique est un hommage au comte de Bucquoy, vainqueur des protestants à Prague. Ce livre contient la transcription annotée et commentée du manuscrit 319 du fonds patrimonial de la bibliothèque municipale de Lille, intitulé l’« Héraclée flamen et catholicque », consacré essentiellement à la guerre franco-espagnole de 1636 à 1649 et à la guerre en Europe jusqu’aux traités de Westphalie (1648). Son auteur, Jean de le Barre, est un religieux cistercien de l’abbaye de Loos-lez-Lille, détaché comme père-confesseur à l’abbaye du Vivier à Wancourt près d’Arras. C’est là qu’à partir de 1636, il vit, aux avant-postes, la guerre « pépinière de tous maux », les invasions de l’Artois et la prise d’Arras (1640) par les Français. Après 1643, il se réfugie avec une partie des religieuses à Douai. Jean de le Barre, comme ses contemporains, pense que la guerre est un fléau de Dieu. La France et ses alliés hollandais, suédois, protestants allemands, conduits par la politique machiavélique de deux « monstrueux » ministres, Richelieu et Mazarin qui, pourtant cardinaux de l’Église romaine, subordonnent la religion à l’État. Pour lui Dieu ne peut avoir abandonné les Habsbourg de Madrid et de Vienne, remparts de la chrétienté contre « l’ennemi commun », les Turcs. Grande est sa déception de voir la guerre entre la France et l’Espagne continuer après la paix de Westphalie. L’auteur rapporte les combats, les terribles  violences subies par les populations civiles, pillages, rapts, viols, exécutions, incendies d’églises et de villages par des mercenaires des deux côtés. En 1645, en Artois « plus de la mitan des hommes étaient morts par la guerre et contagion. On ne voyoit que des loups ». Ce témoignage exceptionnel introduit, transcrit et annoté par le professeur Alain Lottin et doté d’un volumineux index est paru en mai 2017. En 2010, la Commission royale d’Histoire de Belgique a publié la chronique intégrale de P.I. Chavatte, ouvrier lillois au temps de Louis XIV, ouvrage qui en 2011 obtint la médaille de vermeil de l’Académie française.

L'auteur/éditeur :
Alain Lottin, docteur en Histoire, a été président de l'Université de Lille III de 1986 à 1991 puis de l'Université d'Artois de 1996 à 2000.